James Ensor

D'un père anglais anticonformiste, ingénieur raté, et d'une mère ostendaise qui n'encourage guère sa vocation artistique, le jeune Ensor vit à Ostende au milieu des coquillages, des chinoiseries, des verroteries, des masques et des animaux empaillés qui peuplent la boutique familiale. Après une première initiation à l'Académie d'Ostende, il suit de 1877 à 1880 les cours de l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles ("une boîte à myopes, des professeurs mal embouchés", dira-t-il).

Dans la capitale, il se lie d'amitié avec certains condisciples comme F. Khnopff, W. Finch, Th. Van Rysselberghe, Th. Hanon, et des intellectuels comme E. Demolder et le professeur E. Rousseau qui nourrit la fibre anarchiste du jeune homme.

Rentré à Ostende, que désormais il ne quittera que rarement, il se réfugie sous les combles de la maison familiale et y réalise ses premiers chefs-d'œuvre d'un réalisme affranchi (autoportraits dont autoportrait au chapeau fleuri, marines, vues d'Ostende, Le lampiste, La mangeuse d'huîtres et la série dite des Intérieurs bourgeois).
Exposées dans les salons des cercles La Chrysalide et L'Essor, ces toiles suscitent déjà sarcasmes et incompréhension en raison des sujets jugés trop prosaïques aussi bien que de l'affranchissement de la technique qui augure en Belgique d'un impressionnisme autochtone; le jeune peintre doit même essuyer des refus inacceptables aux Salons d'Anvers et de Bruxelles.
En 1883, avec quelques amis artistes sur qui se marquera momentanément son influence, il participe à la création du groupe des XX; avec G. Vogels, il en deviendra l'un des membres les plus contestataires

(il sera le "mal-aimé" d'Octave Maus, le secrétaire et l'âme des XX).

Au cours des dix années de vie de ce groupe, Ensor précise son propos plastique, réalisant notamment la série de dessins Les auréoles du Christ ou les sensibilités de la lumière, lançant son cycle exceptionnel de gravures et découvrant ensuite, à travers les thèmes du masque et du squelette, la manière de répondre, dans le cadre du symbolisme ambiant mais de manière toute personnelle, à ses angoisses et à sa vision du monde. En 1888, l'année de sa rencontre avec Augusta Boogaerts qu'il surnomme la Sirène et à qui il écrira 250 missives platoniques, il peint son Entrée du Christ à Bruxelles (Fondation Getty, Malibu), la toile maîtresse d'un peintre de vingt-huit ans, ainsi que Les masques raillant la mort, des œuvres où la radicalité des couleurs pures et les schématisations pré-expressionnistes imposent une vision tout à fait originale dans le contexte de la peinture de l'époque ("Les masques me plaisaient aussi parce qu'ils froissaient le public qui m'avait si mal accueilli", confesse-t-il). Soutenu toutefois par quelques intellectuels clairvoyants tels Emile Verhaeren et Eugène Demolder, Ensor est exposé à Bruxelles lors des salons annuels de La Libre Esthétique qui succède aux XXie. En 1894, il est invité à exposer à Paris, mais le peu d'intérêt que son œuvre suscite renforce sa misanthropie et son mépris pour le genre humain. Dès avant la fin du siècle, au moment où son génie est reconnu par certains, l'inspiration de l'artiste faiblit; il ralentit sa production et se contente bien des fois de se répéter. Dans les années 1910, Rotterdam et Anvers organisent une rétrospective de son œuvre; au début des années 20, les musées royaux de Bruxelles et d'Anvers acquièrent des toiles du maître.
En 1929, année au cours de laquelle Ensor prend la nationalité belge et reçoit le titre de baron, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles organise une grande rétrospective de son œuvre.
En 1933, il est proclamé "Prince des peintres"; il mourra couvert d'honneurs, mais ceux-ci semblent lui avoir échu trop tard.

L'eau forte qu'on vous présente ici titrée 'La bataille des éperons' existe en différentes versions, celle ci semble être tirée de la première planche, sur cuivre, signée et datée 1891, alors que toutes les autres rencontrées sont de 1895, les personnages sont inversés tout comme celle exposée au musée  Royal des beaux arts de Belgique. et ajoutée au catalogue raisonné de James Ensor. De plus nous retrouvons le titre de l'oeuvre et la signature de Ensor et la date, bas droit.

James Sidney Ensor, Baron Ensor (1860-1949), was a Belgian painter, whose unique portrayals of grotesque humanity made him a principal precursor of 20th-century expressionism and surrealism.

Ensor was born April 13, 1860, in Ostend, Belgium, and, except for three years spent at the Brussels Academy, from 1877 to 1880, he lived in Ostend all his life. His early works were of traditional subject landscapes, still lifes, portraits, interiors painted in deep, rich colors and lighted by subdued but vibrant light. In the mid-1880s, influenced by the bright color of the impressionists and the grotesque imagery of earlier Flemish masters such as Hieronymus Bosch and Pieter Bruegel the Elder, Ensor turned toward avant-garde themes and styles. He took his subject matter principally from Ostend's holiday crowds, which filled him with revulsion and disgust. Portraying individuals as clowns or skeletons or replacing their faces with carnival masks, he represented humanity as stupid, smirking, vain, and loathsome. Outstanding in this vein is his immense canvas Christ's Entry Into Brussels in 1889 (1888, J. Paul Getty Center, Los Angeles, California).

Ensor deliberately used harsh, garish colors and violent, broken brushstrokes to heighten the violent effect of his subjects. His work had an important influence on 20th-century painting, his lurid subject matter paving the way for surrealism and Dada, and his techniques particularly his brushwork and his coloristic sense leading directly to expressionism. He died on November 19, 1949, in Ostend, where there is now a museum devoted to his work.

In 1994 a new audience was introduced to James Ensor when They Might Be Giants released the song Meet James Ensor, which aptly describes him as "Belgium's famous painter".

The etching eau forte presented  here titled 'the fight of the éperons' exists in  various ways, but that one seems to be from the  first planche, on copper, signed and dated 1891 instead of all others found or sold were dated 1895, the figures being reversed compared to other engravings you saw, except the one exposed at the Royal Museum of fine arts of Belgium, and to included in the  catalogue raisonné of Ensor,  the title of the work and the signature of Ensor appears at  lower right.

artprice

VENDU - SOLD - La bataille des éperons d'or
Année : 1891
Medium : Gravure eau forte colorié main crayon couleur - Etching eau forte, hand pen colored
22.5 x 28 cm.
Prix : $ 9,000.
La bataille des éperons d'or
Année : 1891
Medium : Gravure eau forte colorié main crayon couleur - Etching eau forte, hand pen colored
22.5 x 28 cm.
Prix : $ 9,000.
signture,titre,dateLa bataille des éperons d'or- the fight of golden eperons



« Retour / Home

Ankara Escort Ankara Escort Bayan Ankara Rus Escort Ankara Eskort Escort Ankara Escort Ankara Escort bayanlar